connected-mind

Questionner les idées

Lundi 13 février 2012 à 13:46

Depuis quelques années, on les a vus sortir de partout (cinéma, musique, goodies et autres). Ils ont envahi notre monde culturel avec plus ou moins de réussite et surtout plus ou moins de légitimité. 

Les vampires ont encore frappé... 

Haaa non mais attendez, vous pensiez que j'allais parler du nouveau Underworld?

Non non non non non, moi je voulais parler d'Adami et de sa nouvelle propositions aux candidats. 
" La société de gestion des droits des artistes suggère ainsi d’étendre la rémunération pour copie à l’heure où le Simavelec, le syndicat des constructeurs, proclame quant à lui que les consommateurs versent déjà 100 millions de trop par an au titre de cette redevance. L’Adami souhaiterait néanmoins assujettir à la copie privée les supports de stockage immatériels comme le cloud computing ou encore la TV connectée.  " Source 01.net.com

C'est pas mignon ça? Créer une taxe de copie privée sur un support immatériel et théoriquement infini.... Pourtant il me semblait bien que la taxe de copie privée dépendait directement de la capacité de stockage du support non? 

" Art. L. 311-4. (art 15-1. Loi n° 2001-624 du 17 juillet 2001) La rémunération prévue à l'article L. 311-3 est versée par le fabricant, l'importateur ou la personne qui réalise des acquisitions intracommunautaires, au sens du 3° du 1 de l'article 256 bis du code général des impôts, de supports d'enregistrement utilisables pour la reproduction à usage privé d'oeuvres, lors de la mise en circulation en France de ces supports. 
   Le montant de la rémunération est fonction du type de support et de la durée d'enregistrement qu'il permet.

Ce montant tient compte du degré d'utilisation des mesures techniques définies à l'article L. 331-5 et de leur incidence sur les usages relevant de l'exception pour copie privée." Il ne peut porter rémunération des actes de copie privée ayant déjà donné lieu à compensation financière "

Source celog.fr


Alors pour être honnête je vois mal comment il vous réussir à mettre ça en place. La création culturelle d'artiste "reconnu" (sponsorisé) a depuis un certain temps largement diminué et Universal et consort se limite désormais à produire des artistes pour 1 ou 2 albums maximum... Qui se rappelle encore de quelques grands nom des années 1990-2000 alors que ça ne fait que 10-20 ans qu'ils ont connu leurs heures de gloire... 

Edith Piaf, Claude François ou Jacques Brel sont mort depuis bien longtemps et pourtant leurs chansons passent encore en boucle sur nos radios et nos mp3. Qui a récemment entendu à la radio une chanson d'Amy Whinehouse qui fut si vite remplacé par Adele... Et pourtant elle avait quand même une voix extraordinaire cette jeune fille... Il est surement devenus trop couteux pour ces entreprises de prolonger la vie de leurs artistes et de les soutenir dans leurs créations. 

Alors pour remédier à ça et continuer à faire du fric avec des chanteurs qu'ils ne produisent même plus, l'Adami a trouvé la solution. Taxer les inventions des autres en se basant sur l'avancé technologique et l'augmentation des possibilités de partage. C'est bien parce que ça va dans le sens de tout le reste (Hadopi, Acta, Sopa etc).

Bientôt il faudra payer à chaque lecture de nos musiques juste au cas ou on aurait un ami dans notre salon qui pourrait écouter la musique sans l'avoir payée... (Pourvu que je ne leur donne pas d'idées...)

Je m'arrêterais là pour la mise en situation, je vous laisse lire sagement les 4 autres propositions de l'Adami. Mais personnellement, j'ai une question et une idée pour les artistes. 

Premièrement : Vous en avez pas marre de vous faire tondre par vos maisons de disques? 
Sérieusement, j'ai un travail à faire en anglais ou justement je suis dans le rôle de la maison de disque... Laissez moi vous énoncer le sujet (juste les points importants) : 

"Vous êtes prêt à signer pour 1 album avec une possibilité d'en faire 2 autres après. Vous devez conserver les droits d'enregistrement et les droits de performance de toutes les chansons. 

Vous ne reversez que 10% de droits d'auteurs aux artistes en question (standard de l'industrie du disque). Cette option est renégociable après 3 albums... 

Pour les tournées en concert, vous conservez 80% des bénéfices du concert...." 


Ce qui nous laisse un artiste qui touchent à peine 10% sur ce qu'il produit et un maigre 20% alors qu'il se tue à faire le show sur scène... Non mais sérieusement, après on vient nous parler de droit d'auteurs... C'est plutôt des droits de tonte oui. 

L'idée serait donc de se passer bonnement et simplement de ces maisons de disques, tondeur professionnel. A l'heure d'internet chacun à les moyens de créer son propre contenu et de faire sa propre promotion pour quasiment pas à un rond. Bien sur vous aurez pas les machines marketing d'Universal et vous commencerez pas directement avec une tournée dans toute la France mais sérieusement qui se rapelle encore de Jena Lee ou des L5 et autres... 

Faites comme ces gens là, Florent Dorin ou d'autres. Il touchent facilement 5 000 personnes fidèles et qui les suivent régulièrement pour voir ce qu'ils font de neuf. Créez vous un site internet, (même en version blog), lancez une chaine Youtube, Dailymotion et autres, votre Facebook pro, votre Myspace, faites tout pour être le plus distribué possible et si vous arrivez à sortir du lot vous toucherez surement plus qu'en passant par vos maisons de disques. Et aussi une dernière chose, sortez de vos studios et faites de concert, c'est toujours comme ça qu'un artiste fait de l'argent. En créant une énorme audience avec des titres facilement disponible et en allant ensuite les voir où ils sont pour leur donner du live. 

Connected-mind

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://connected-mind.cowblog.fr/trackback/3168026

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast