connected-mind

Questionner les idées

Vendredi 17 février 2012 à 14:26

J'en parlais avec une amie récemment lorsque l'on parlait d'Internet, d'E-réputation etc...

On se disait en déconnant que prochainement on devra surement payer pour pouvoir partager les choses que l'on aime sur notre mur facebook ou autres tout ça parce que quelques crétins ont toujours pas compris que ça leur fait de la publicité gratuitement et qu'une écoute sur un réseau sociaux ne représente rien par rapport au total de temps que l'on passe à écouter de la musique et pour la plupart d'entre nous, nous n'écoutons pas notre musique via les réseaux sociaux... 

Bon en fait on déconnait en disant ça mais non je viens de trouver ceci sur Ecrans.fr : 

"La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a donc, comme en novembre dernierestimé que la protection du droit d’auteur ne doit pas l’emporter sur la liberté des internautes. Elle prend cette fois position, à la demande de la justice belge, sur une affaire qui oppose la Sabam, la Sacem belge, à Netlog, un réseau social accusé de permettre « aux utilisateurs de faire usage, par l’intermédiaire de leur profil, des œuvres musicales et audiovisuelles du répertoire de Sabam en mettant ces œuvres à la disposition du public de telle manière que d’autres utilisateurs du réseau puissent y avoir accès, et ce, sans l’autorisation de Sabam et sans que Netlog ne verse de redevance à ce titre ».  "

Je parlais de vampire dans mon dernier article, c'est vraiment l'image que cela donne. Je comprends pas comment une industrie entière ne peut pas comprendre qu'une publication ou un partage sur Internet représente de la publicité gratuite. Si nous n'aimions pas partagé, découvrir et commenter les réseaux sociaux ainsi que les plateformes vidéos comme youtube ou dailymotion n'existeraient tout simplement pas. Il y a une demande pour ce genre de pratique et ce n'est pas uniquement parce que c'est gratuit, mais aussi parce que ça nous permet d'apprendre plus sur l'autre, sur notre monde etc. 

Pourquoi devrions nous payer pour écouter une chanson que nous n'aimerions peut être pas. C'est un peu comme si on faisait payer la Fnac parce qu'elle nous permet de lire une bd entière dans les magasins. La Fnac a bien compris qu'une BD qu'on apprécie une fois l'avoir lu on l'achétera sans se soucier du prix. 

Heureusement, la cour de justice européenne à réagi et est intervenu dans cet affaire pour signaler que "oui les libertés de partages et d'expressions sont plus importante que les droits d'auteurs"

  « aux utilisateurs de faire usage, par l’intermédiaire de leur profil, des œuvres musicales et audiovisuelles du répertoire de Sabam en mettant ces œuvres à la disposition du public de telle manière que d’autres utilisateurs du réseau puissent y avoir accès, et ce, sans l’autorisation de Sabam et sans que Netlog ne verse de redevance à ce titre »

Maintenant, juste une question est ce que vous pensez qu'une telle déclaration sera en mesure de mettre des battons dans les roues d'ACTA? 
On a bien vu que la mobilisation française a été insignifiante le samedi 11 Février par rapport aux autres pays. France n°1 pour raler mais il y a jamais personnes pour se bouger les fesses. On est surement trop habitué à voir à court terme en temps de crise mais ces lois sont un vrai problème sur le long terme. 
Et oubliez pas d'appeler votre représentant parlementaire européen pour lui dire de voter "non à l'ACTA", le vote se tiendra lundi prochain alors c'est la dernière ligne droite. 

Connected-mind

Par référencement naturel le Jeudi 3 septembre 2015 à 17:42
Je vous remercie pour l'information.
Par serrurier paris 15 le Lundi 7 septembre 2015 à 10:13
Excellent article je vous soutient .
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://connected-mind.cowblog.fr/trackback/3168740

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast